La Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) a récemment publié une note d’analyse dédiée à la création d’entreprise et, plus particulièrement, aux difficultés que les porteurs de projets ont dû affronter lors du processus de création.

Baisse du nombre de créateurs d’entreprise ayant bénéficié d’un accompagnement

Dans le détail, la Dares constate que, depuis une dizaine d’années, la part de créateurs d’entreprise ayant eu au moins une difficulté dans le cadre du montage et du démarrage de leur nouvelle activité est resté quasiment inchangée. La nature des difficultés rencontrées semble, quant à elle, étroitement liée au régime juridique choisi : les principaux écueils constatés par les créateurs d’entreprise dits classiques sont ainsi d’ordre administratif ou financier, tandis que les auto-entrepreneurs peinent souvent à effectuer des démarches nécessaires ou encore à obtenir des conseils et des renseignements leur permettant de mener à bien leur projet.

Parallèlement, sur la période 2006-2014, la Dares constate une forte baisse du nombre de créateurs d’entreprise ayant bénéficié de l’appui d’une structure spécialisée (Adie, France Active…) ou d’une formation dédiée pouvant les aider à réaliser leur projet. En effet, si 60 % des créateurs d’entreprise ont été accompagnés en 2006, seulement 37 % l’ont été en 2010 et 41 % en 2014. Une évolution relativement marquée qui, selon la Dares, s’explique par la conjonction de deux phénomènes : d’un côté, la forte baisse de l’accompagnement des créateurs aidés sans emploi et, de l’autre côté, l’apparition des auto-entrepreneurs qui, dans les faits, sont moins accompagnés dans leurs démarches… alors qu’ils représentent environ la moitié des créateurs d’entreprise !

Pour en savoir plus et consulter la note d’analyse publiée par la Dares, rendez-vous sur : www.dares.travail-emploi.gouv.fr