k4_18889153.jpg

Les réservations de logements neufs sont en recul

Le marché des logements neufs marque le pas. Selon les données du ministère de la Transition écologique rendues publiques ce vendredi 20 mai, 29 400 logements neufs ont été réservés par des particuliers au cours du 1er trimestre 2022, en baisse de 8,5 %, par rapport au même trimestre un an plus tôt. Certes, le 1er trimestre 2021 avait été marqué par une forte hausse des réservations, après le trou d’air de 2020. Mais signe que le marché est à la peine, les réservations n’ont toujours pas retrouvé leur niveau d’avant la crise sanitaire. Elles sont encore 7,6 % inférieures au volume du 1er trimestre 2019. Les mises en ventes ont, elles, encore plus plongé. 22 800 logements ont été commercialisés sur les 3 premiers mois de l’année, soit 8,8 % de moins que durant les mêmes 3 mois l’année précédente. Le nombre de biens neufs proposés à la vente est même inférieur de 15 % à son niveau d’il y a 2 ans. Avec 90 400 unités, l’encours de logements disponibles est parmi les plus bas des 10 dernières années.

Baisse des bailleurs sociaux

Le scénario n’est guère plus réjouissant du côté des ventes en bloc. Au 1er trimestre 2022, 6 100 logements ont été vendus en bloc, soit 13,4 % de moins qu’au 1er trimestre 2021. Le marché vient ainsi d’enregistrer son 4e trimestre consécutif de baisse. Les ventes en bloc ne représentent plus que 16,2 % des réservations de logements neufs. La chute de la demande est surtout due au repli des acquisitions par les bailleurs sociaux. Le nombre de logements vendus à des bailleurs sociaux a baissé de 6,8 % sur un an. Ces investisseurs ne représentent plus que 67 % des transactions, contre 82 % un an plus tôt. En revanche, les réservations faites par des bailleurs de logements intermédiaires ou libres et par les institutionnels (banques, assureurs, fonds de pension…) augmentent fortement. Au 1er trimestre, elles ont bondi de 46,5 % en un an, confirmant l’appétit grandissant de ces investisseurs pour le résidentiel.