k4_15626103.jpg

L’économie repart plus vite que prévue

Depuis le 11 mai, date de la première phase de déconfinement, les analystes de l’Insee scrutent la reprise économique. Et, selon le dernier point de conjoncture publié par l’institut, elle pourrait être plus forte que prévue. Envisagé en baisse de 20 %, il y a trois semaines, le PIB du 2e trimestre ne pourrait, en fait, reculer « que » de 17 %. Un réajustement à la hausse qui traduit une reprise économique post-confinement robuste essentiellement portée par une consommation des ménages dynamique rappelle l’Insee : « La première semaine de déconfinement, entre le 11 et le 17 mai, avait vu un fort rebond de la consommation des ménages (point de conjoncture du 27 mai). Depuis lors, et plus précisément sur la période du 18 mai au 7 juin, la consommation des ménages serait restée globalement à ce niveau, toujours légèrement en deçà de la « normale » (-7 %) ».

Pour le mois de juin, si la tendance se confirmait, la consommation des ménages pourrait n’être que de 5 % inférieure à celle d’un mois de juin « normal ». Après avoir baissé de 5,6 % au cours du 1er trimestre 2020, la consommation des ménages pourrait reculer de 12 % au 2e trimestre 2020. Ce qui, compte tenu du mois et demi de confinement enduré pendant ces trois mois serait un beau résultat. Toutefois tempère les analystes de l’Insee, « cette prévision est bien sûr entourée d’une incertitude très élevée, inhérente à la période actuelle ».

Et à l’étranger ?

La plupart des pays partenaires de la France ont également amorcé leur déconfinement. Et pour estimer le retour des consommateurs en boutique, l’Insee s’est appuyé sur Google Maps Mobility qui analyse les requêtes relatives aux centres commerciaux. Il apparaît ainsi que le nombre de requêtes qui était, fin avril, autour de 50 % inférieur à celui enregistré au cours de la même période en 2019 dans la plupart des pays européens n’affichait plus qu’un recul de 10 % la première semaine de juin. « En France, le nombre de requêtes pour les centres commerciaux la première semaine de juin était même supérieur de 6 % au niveau de 2019. Aux États-Unis, le nombre de requêtes a rapidement augmenté en mai et a même dépassé (+18 %) ses niveaux de la même semaine de 2019 », précise l’Insee. Selon cet indicateur, seul au Royaume-Uni les requêtes portant sur les centres commerciaux sont restées, la première semaine de juin, inférieures de plus de 50 % à celles enregistré en 2019.

  • Juin 23, 2020