k4_733844.jpg

Les députés européens veulent que d’ici 2015 le « roaming » disparaisse

Après la presse et les associations de défense des consommateurs, c’est au tour des députés européens de juger la proposition de la Commission sur le marché unique des télécommunications un peu timorée au sujet du « roaming ». Ce texte, adopté mercredi par la Commission et déposé, dès le lendemain, devant le Parlement de Strasbourg aurait dû, comme son initiatrice, la Commissaire européenne Neelie Kroes l’avait laissé entendre, prévoir la fin des frais d’itinérances. Or si cette proposition prévoit bien de faire disparaître dès juillet 2014 les surfacturations appliquées par les opérateurs téléphoniques sur les appels que leurs clients reçoivent lorsqu’ils sont en déplacement dans un autre pays de l’UE, elle ne propose que de renforcer l’encadrement des tarifs pour les appels sortants. Ainsi les opérateurs auraient le choix entre deux possibilités.

La première serait de proposer à leurs clients des abonnements offrant un tarif identique (non plafonné par l’UE mais déterminé par la concurrence) pour toutes les communications passées dans tous les pays de l’UE. La seconde serait de permettre à leurs clients de recourir à un autre opérateur pour les appels passés et reçus à l’étranger, sans les obliger à changer de carte SIM. Une proposition de la Commission à laquelle les députés européens ont immédiatement réagi en adoptant une résolution appelant à ce que, d’ici 2015, le « roaming » soit tout simplement interdit.

  • Sep 13, 2013